Bienvenue

Bienvenue sur le site de la Mission Ouvrière (MO) de l’Isère

Déclaration du  Collectif des prêtres-ouvriers

 Debout, les affamés de justice

La proximité des élections présidentielle et législatives nous incite à prendre la parole. Prêtres-ouvriers, nous sommes du peuple des travailleurs, des personnes en précarité, des exilés, des personnes et familles fragilisées par la société. Leur vie, leurs souffrances, leurs combats, leurs espoirs, sont devenus nôtres, avec les organisations ouvrières et sociétales auxquelles nous participons. En tant que prêtres-ouvriers, nous souhaitons simplement témoigner des convictions qui nous habitent à la veille de ces scrutins qui revêtent une grande importance pour notre pays, et surtout pour les plus fragiles de la société.

Nous croyons qu’un monde meilleur est possible, car nous avons toujours côtoyé des hommes et femmes qui ne se résignent ni à la misère, ni à l’exclusion, ni au mépris, et qui reprennent le flambeau avec audace et persévérance. Pour nous, l’Évangile de Jésus-Christ est une brûlure. Il nous appelle à résister à ceux qui veulent réduire les travailleurs à l’esclavage, et à promouvoir une société  où les besoins et les droits fondamentaux sont respectés pour tous : se loger, travailler, se nourrir, s’éduquer, se cultiver, s’organiser. Pour nous, notre Foi est indissociable de l’émancipation humaine.

            Force est de constater qu’aujourd’hui le système capitaliste, avec l’appui de la droite, amplifie ses dégâts en mettant gravement en danger la planète et en organisant une société où les inégalités n’ont jamais été aussi scandaleuses. Non seulement les moyens de vivre de ceux qui sont au bas de l’échelle se rétrécissent dangereusement pendant que ceux des plus riches flambent. Mais c’est aussi le droit d’exister, de vivre, d’être écouté, d’être respecté qui est mis en cause.

Nous témoignons que la citoyenneté peut permettre à tous, individuellement et collectivement, de prendre la parole, d’être respecté et de participer dans tous les lieux de vie – l’entreprise, le quartier, la nation – au mieux-vivre ensemble et aux grands choix de notre nation. Nous savons que la démocratie  est un combat permanent  pour redonner le goût d’être acteur et de contribuer à la recherche du Bien commun. Dans la société, les centres de décision sont de plus en plus éloignés et impersonnels… C’est la société « anonyme » qui est en train d’émerger. Il faut réinventer la citoyenneté afin de permettre à chacun(e) d’être acteur (trice) pour bâtir une terre humaine et habitable pour tous.

Nous croyons que les besoins essentiels peuvent être satisfaits pour tous par une autre organisation économique et un arrêt du détournement des richesses et des lois au profit de quelques-uns. Nous ne pouvons tolérer que les droits des demandeurs d’emploi et des précaires soient diminués. Ni que des travailleurs dorment dans leur voiture, faute de moyens pour se loger. Le droit d’asile lui-même est bafoué avec l’accueil déshumanisé et des dispositions liberticides. Pour tous, se soigner est souvent une vraie galère. Les services publics sont vendus au privé les uns après les autres, alors qu’ils sont un des piliers essentiels de la vie démocratique. Les familles que nous côtoyons dans nos quartiers se privent sur la nourriture et les loisirs… Le pillage n’a que trop duré ! Le politique doit s’imposer devant le marché. Il faut rompre avec la finance.

Cette société à deux vitesses, nous n’en voulons pas ! Nous sommes liés à beaucoup de citoyen(ne)s qui la refusent en s’attaquant aux grandes questions qui nous sont posées : la répartition des richesses mais aussi la manière dont nous les produisons et leur utilité sociale. Pour nous, la terre et l’humanité sont sacrées et interdépendantes l’une de l’autre, et il est urgent d’arrêter la surexploitation de la nature.

Nous croyons que la fraternité est un trésor à conserver envers et contre tout. Avec beaucoup, nous luttons contre l’extrême-droite qui veut casser la fraternité entre les hommes et entre les peuples. Pour eux, l’émigré est devenu le bouc-émissaire. Nous pouvons témoigner que « la fraternité, ça marche », lorsqu’il faut défendre le droit d’asile ou celui d’avoir un logement digne ; lorsqu’il faut aller soutenir des travailleurs en lutte ou respecter la nature… Lorsque les droits fondamentaux sont bafoués, le sursaut de la fraternité est toujours le plus fort.

Pour nous, la fraternité dépasse toutes les frontières. Et lorsqu’elle est abîmée par ceux qui provoquent le rejet ou la haine, c’est l’humanité entière qui est blessée. La fabrication et le commerce des armes dans lequel baignent les choix politiques de notre pays, et le surarmement du monde auquel nous participons largement, sont autant de choix que nous combattons car ils brisent la coopération entre les peuples et mènent toujours à la ruine. Beaucoup se lèvent dans le monde pour exiger la paix et le désarmement, cet espoir nous fait vivre. Aujourd’hui, le peuple Ukrainien doit retrouver sa souveraineté et la paix. Partout dans le monde, manifestons notre solidarité avec le peuple Ukrainien pour que les armes se taisent, ainsi qu’avec tous les peuples où la paix est menacée.

La JOC affirme : « Un jeune travailleur vaut plus que l’or du monde car il est Fils de Dieu ». Cette exigence de dignité due à tout être humain sera au cœur de notre vote

  • Nous voterons pour choisir un projet de société qui, dans tous les domaines – social, économique, écologique – place l’humain avant l’argent.
  • Nous voterons pour faire barrage au poison de la haine et de l’exclusion.
  • Nous voterons pour la liberté de vivre dans un monde fraternel et solidaire.

             Avec les membres de la Mission Ouvrière, nous croyons que Dieu aime notre monde et qu’il entend le cri des opprimés. Nous croyons que son Esprit vit avec celles et ceux qui luttent pour un monde solidaire et respectueux de l’environnement. Nous croyons que l’appel lancé par Jésus il y a 2000 ans sur les collines de Palestine demeure d’une brûlante actualité : « Debout les affamés de justice et de paix! » … Un monde différent est possible.

Paris, le 1er mars 2022
Contact : pretres.ouvriers@gmail.comou ENPO  47 rue Voltaire  93100. MONTREUIL

L’action catholique ouvrière sur RCF Isère le 10 février 2022

L'action catholique aujourd'hui
L’action catholique aujourd’hui
Présenté par Stéphane Debusschère

Vitamine C donne cette semaine la parole à des responsables de mouvements d’action catholique du diocèse.

Il y a un peu moins d’un mois, 40 responsables français de ces mouvements ont été reçus par le pape François. Comme pour rappeler que si leur démarche résumée par les 3 verbes “Voir, juger, agir », est ancienne, elle reste pleinement d’actualité.

Voici le lien de l’émission du 10 février 2022 : https://rcf.fr/actualite/vitamine-c-isere

L’action catholique bien vivante

L’interview des 3 mouvements commence à 7mn 40 après les actualités diocésaines

  • Anne-Marie Chauvet, Action Catholique des Milieux Indépendants, ACI
  • Régis Moreira, Action Catholique Ouvrière, ACO
    (les 3 passages: 10’53 »-12’06 » / 17’10 »-18’50″/ 22’44 »-24’05 »)
  • Gérard Hudault , Mouvement Chrétien des Cadres, MCC

===================================================================

 

Le pape François est en train de « réaliser » l’Église de Vatican II

« Selon le théologien Victor Codina, Le pape François est en train de « réaliser » l’Église de Vatican II  en faisant évoluer plusieurs domaines :
– passer d’une Église puissante et froide à une Église pauvre de proximité ;
– d’une Église obsédée par la morale relative à la sexualité et à la reproduction à une Église selon l’évangile ;
– d’une Église d’inquisition centrée sur le péché à une Église de la miséricorde et de la tendresse ;
– d’une Église du prosélytisme autoréférentiel à une Église des pauvres prophétique ; d’une Église enfermée gardienne des reliques à une Église des périphéries, en sortie, missionnaire ;
– d’une Église de la restauration, tournée vers le passé, à une Église insérée dans l’histoire, de la collégialité et du Peuple de Dieu en marche ;
– d’une Église de pasteurs bureaucrates, d’aéroport et de carriérisme à une Église de pasteurs à « l’odeur des brebis » ;
– d’une Église vieillissante et triste à une Église de la joie et de la liberté » d’esprit ;
– d’une Église cléricale et machiste à une Église hospitalière de la diversité du Peuple de Dieu ».

Cité dans le livre « Le Pacte des catacombes », éd. Lessius, p. 237-238

Premier Mai 2021: message international du MMTC

EN TANT QUE TRAVAILLEURS, NOUS RESTONS FERMES SUR NOTRE MISSION – « LUTTER, LUTTER, LUTTER ET RÉSISTER TOUJOURS ».

Nous pensions être sortis de la crise sanitaire pour manifester lors de la fête des travailleurs. Mais, nous voilà encore sous le joug de cette pandémie qui ronge notre Maison Commune Terre, à lutter pour que nous en soyons préservés.

Le 1er mai est une inscription indélébile. Non seulement, nous luttons contre un virus destructeur à l’échelle mondiale, mais nous nous battons aussi contre un courant diviseur qui amenuise la primauté du travail. Cette valeur sociale et personnelle qui relève la dignité de chacun doit toujours être portée au plus haut des cœurs et des états telle un étendard d’humanité.

Saurons-nous veiller au déclin des valeurs héritées des anciens ? Lire la suite….

Message rédigé par le Mouvement des Travailleurs Chrétiens – MTKRÉUNION


Ici, Célébration de Noël de la Mission Ouvrière à l’Épiphanie en l’église de St Luc à Grenoble

Ce 3 janvier 2021, la Mission Ouvrière de l’Agglomération de Grenoble, en Partenariat avec des Commissions Solidarité de l’Agglomération et les paroissiens de la fraternité St Luc, ont célébré l’Épiphanie

Message du MMTC à l’occasion du Premier Mai 2020

Un message que nous pourrons faire passer à nos proches via messagerie, même si nous ne pourrons pas tous nous voir physiquement..
Message du MMTC à l’occasion du Premier Mai 2020


En ces temps de confinement, de peur, d’angoisse, de repli sur soi et sur notre cellule familiale pour ceux qui ont la chance de ne pas être complémentent isolés…
La Mission Ouvrière de l’Isère vous offre

  • des témoignages de solidarité entre voisins, amis….
  • des textes remplis d’espoir glanés par les uns et les autres sur nos mails, nos réseaux sociaux, Internet…

et vous propose d’alimenter cette page par vos apports en nous les envoyant par mail à l’adresse suivante :
site.missionouvrieregrenoble[chez]gmail.com (remplacez [chez] par @)

Fraternellement,
l’équipe de la Mission Ouvrière de l’Isère

Pour accéder à la page, cliquez sur la photo…

La Mission Ouvrière est l’institution de l’Église Catholique qui regroupe les acteurs de l’évangélisation du milieu ouvrier et des quartiers populaires.

Tant au niveau local et national, la mission ouvrière a pour mission de :

  • coordonner les acteurs de l’évangélisation dans le monde ouvrier et les quartiers populaires
  • offrir à ses membres des outils et formations favorisant leur mission pastorale
  • offrir à l’Église une expertise et une attention sur le monde ouvrier et les quartiers populaires
  • soutenir la recherche et l’innovation en théologie et pastorale ouvrière

Initiée par l’assemblée des Évêques de France en 1957, elle réunit :

  • l’Action Catholique des Enfants (ACE)
  • la Jeunesse Ouvrière Chrétienne (JOC)
  • l’Action Catholique Ouvrière (ACO)
  • les prêtres ouvriers (PO)
  • le Groupe de Recherche et d’Étude en Pastorale Ouvrière (GREPO)
  • les religieuses, les prêtres, les diacres en monde ouvrier, les travailleuses chrétiennes (TC) et les laïcs en lien avec le monde ouvrier et les quartiers populaires

La Mission Ouvrière c’est plusieurs dizaines de milliers d’enfants, de jeunes et d’adultes qui écoutent, jouent, partagent et agissent au plus près des réalités ouvrières dans les quartiers, les associations, les entreprises…

Partout où la dignité de la personne humaine est mise à mal, ils sont là pour apporter par leurs actes et leurs paroles l’espoir de l’Évangile.

La Mission Ouvrière ce sont des hommes, des femmes, des enfants qui répondent à l’appel du Pape François « sortir de son propre confort et avoir le courage de rejoindre toutes les périphéries qui ont besoin de la lumière de l’Évangile » (Pape François, La joie de l’Évangile, n°20, 2013).