Confinés……….. Confidences

« Villeneuve de Grenoble confinée ne manque pas d’idées » titre le petit journal local de notre quartier et c’est vrai. Depuis le début du confinement, je regardais par la fenêtre de notre appartement au 6eme étage qui donne sur la place du marché, le désert, à part quelques jeunes qui fricotent avec la drogue. Et petit à petit, cela a bougé de la part des habitants. Des idées ont émergé faisant place à la solidarité, à l’amitié, à la fraternité.

Au 170 de la galerie de l’Arlequin, de leur fenêtre, des habitants, instruments de musique ou pas, chantent tous les soirs un répertoire adapté à la situation. « Sortez vos têtes de vos balcons, de vos fenêtres, il est 18 heures, on reprend le moral… ». Refrain d’une chanson composée pour le corona. En bas, quelques habitants spectateurs assistent au concert. Histoire de faire sortir les gens de leur isolement.
Plus de marché sous le kiosque, et voilà qu’une pétition signée par les habitants et quelques plaintes adressées au maire, permettent à « Hamouda » de rouvrir son marché, au bonheur des habitants et des anciens. Tout le monde se tient, écarté, en file indienne derrière les barrières.

Vers 10h, chaque jour, des personnes, thermo et gobelet en main, se retrouvent pour boire un petit café bien sûr avec la distance conseillée. Le café de la place est ouvert à tout le monde.
Sous le porche d’un autre bâtiment, près du parc, des habitants se retrouvent à 11h quotidiennement pour un temps d’exercices physiques, histoire de se détendre.
Bilel et Hassan s’investissent avec l’association JOGA, pour aller faire les courses aux personnes qui ne peuvent se déplacer. Et aussi, par téléphone pour prendre des nouvelles ou recevoir des nouvelles, ils nous invitent aussi à rendre  service, tandis qu’au CCAS  et au Secours populaire, la file s’allonge pour les personnes précaires, démunies.

Tous les après-midis, quelques personnes se retrouvent pour marcher, une heure selon la règle, mais il y a de plus en plus de dépassement On découvre le parc juxtaposé. On prend conscience du chant des oiseaux, de la nature environnante et de la diminution de la pollution. Tout cela nous régénère.
D’autres restent sur le banc, profitent du soleil, font connaissance ou un brin de cosette. Des hommes âgés s’assoient en face. Au début confinement, ils étaient silencieux, maintenant ils mettent leur radio à fond ! Beaucoup de personnes passent dans le parc, courent, s’arrêtent, interpellent, parlent. Quelques enfants jouent mais la plupart reste à la maison. Ainsi le temps s’écoule, histoire de sublimer le confinement.

A 20 heures, tous les soirs, de leur balcon ou fenêtre, comme l’habitude a été prise,  fusent de tous les  immeubles les applaudissements en hommage aux soignants. Certains sonnent la cloche, d’autres sifflent, d’autres allument une lumière.
Nous les sœurs, nous participons à tout cela d’une manière ou d’une autre à laquelle s’ajoute notre prière. Nous sommes là, témoins de la présence du Christ ressuscité dans tous ces faits, gestes et actions du quotidien. Nous sommes là pour participer à la danse !     

 « Oh, Oh on est là…..
Sortons nos têtes de nos balcons, de nos fenêtres, à la verticale, à l’horizontale ».

Chanter entre voisins, ce n’est pas banal !!
Et ainsi, vivons- nous  le confinement !

Élisabeth, Pauline, Josette, Angèle.
 Communauté des sœurs du Christ
 A l’Arlequin, Villeneuve de Grenoble.

Ce contenu a été publié dans Actualités RMO. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.