ACO CS Grenoble – Assemblée de rentrée 8 octobre 2022 – à St Marc : En route !

Le MESSAGE rendant compte de l’ASSEMBLEE de RENTREE ACO 2022
Bonjour à toutes et tous,
« EN ROUTE » !
C’était le thème donné à notre Assemblée de Rentrée qui s’est tenue à ST
MARC le samedi 8 octobre, animée par un comité de secteur renouvelé avec
l’arrivée de Joël MARSEILLE, de l’équipe de FONTAINE, et Isabelle CHAVANIS,
de l’équipe du NERON, le départ de Nicolas FRANCOU, au terme de 8 années
d’engagement.
Dynamique Assemblée où nous avons pris le temps de relire ensemble la
richesse des temps vécus cette année en ACO et Mission ouvrière, la joie
retrouvée de « faire mouvement » ;
L’ouverture vécue : vers d’autres collectifs (partage de foi avec des amis
musulmans, célébration des rameaux avec la Communauté Chrétienne de la
Villeneuve, rencontre d’équipe élargie, contribution au synode)) d’autres
secteurs (journée sur la RDV au niveau diocésain, Rencontre Nationale à
Lourdes, avec 6 délégués pour l’Isère). La réactivité de l’ACO face à un
évènement, une demande (temps de sacrement des malades à ST Marc). Une
ACO qui rejoint les copains dans leurs préoccupations (relais « qualité de vie au
travail »), dans leur besoin de temps d’arrêt et de ressourcement (Récos,
célébrations..). Le lien essentiel avec les équipes de RDV, permis par les
correspondants au comité de secteur, la rencontre avec les délégués d’équipe
en juin)
Nous avons partagé des priorités et des appels : adapter un vécu en équipe, en
mouvement, aux fragilités qui surviennent, âge, maladie, mobilité…
S’ouvrir à d’autres. Oser l’invitation dans les équipes.
Rejoindre des plus jeunes. Objet du petit temps en carrefour, un peu bref pour
certain, mais qui a permis déjà d’évoquer des prénoms de jeunes autour de
nous, des préoccupations
Une célébration, suivie d’un repas partagé ont conclu cette riche et fraternelle
Assemblée de Rentrée
Merci à tous ceux qui ont enrichi cette assemblée par leur intervention, leur
témoignage, leur soutien technique. A la chorale fidèle..Vous retrouverez une partie du contenu de ces interventions sur notre site :
https://mission- ouvrière-grenoble.fr
Deux informations à noter :
1) Pour rappel : Partage de Noël autour du texte de la Mission ouvrière le
dimanche 11 décembre (et non 18 comme annoncé à l’AG), Maison Diocésaine,
14H/18H. Une invitation sera diffusée
2) Dans le sens de l’orientation REJOINDRE LES PLUS JEUNES »: une date est
retenue pour un relais en direction des plus jeunes, le samedi 18 mars
23 matin.
Première date de préparation : lundi 7 novembre, 17H15, perm de la JOC, 14
rue Ponsard. Rejoignez nous pour préciser ensemble le contenu, dynamiser
l’invitation. Ou faites nous passer d’ici là remarques, vos disponibilités pour la
suite à Brigitte : yves.berthuin@wanadoo.fr
Isabelle : isabellechavanis@yahoo.fr
+ inscriptions en cours aux récos qui arrivent, les 20, 26 et 27 novembre.
Alors, ensemble, chacun à son pas, animés par l’Esprit, soyons toujours « EN
ROUTE »
Pour le comité de secteur
Brigitte BERTHUIN

Mot d’accueil de Brigitte Berthuin

Bonjour à tous et bienvenue à notre assemblée de rentrée ACO 2022

Nous sommes heureux de vous retrouver aujourd’hui et de partager ensemble la richesse et la vitalité des temps vécus cette année, dans l’élan de la Rencontre Nationale de juin, dans l’envie renouvelée de refaire mouvement après deux années un peu suspendues.

Une ACO vivante, une ACO réactive comme lors de l’organisation du sacrement des malades, une ACO qui ose l’invitation, une ACO aussi qui accueille et accompagne les fragilités quand l’âge, la maladie, les décès viennent réinterroger la vie d’équipe, « le faire ensemble ». C’est ce qui ressort très fort de la réunion des délégués d’équipe organisée en juin dernier, très inspirée aussi par le cadre bucolique du jardin de Philippe à St Martin d’Hères.

Nous verrons ensemble ce qui se vit déjà et les pistes pour mener ensemble ces ambitieux appels.

Le lien avec les équipes reste une priorité pour le comité de secteur de Grenoble, pour relire le dynamisme, relayer les questions et les besoins, mettre en lien quand des équipes se fragilisent, accompagner l’accueil d’un nouveau copain, d’une nouvelle copine dans une équipe, préparer et animer des temps forts qui rejoignent les préoccupations exprimées.

Notre comité de secteur est lui aussi bien vivant, avec ses mouvements, ses renouvellements. Nous remercions dès maintenant Nicolas pour toute la richesse vécue ensemble, pour son investissement.   Il nous dira un petit mot toute à l’heure. Nous avons le plaisir d’accueillir Joël et Isabelle que nous remercions pour leur oui, dont ils nous parlerons juste après.

Accueillir, faire vivre, s’ouvrir, faire résonner l’écriture…Etre en ACO, vivre la Révision De Vie, est un chemin de libération, comme cela s’est vécu et partagé lors de la journée diocésaine sur la RDV à Voiron en avril où le mot « désir » a été central.

Comme clamé lors de la Rencontre Nationale à Lourdes par 500 délégués présents. Dignité, Développement, Agir. Autant d’orientations qui seront nos boussoles cette année encore.

Alors, ensemble, chacun à son pas, soyons toujours, EN ROUTE !

« « dire « oui » à un appel »

Témoignage de Joël

On m’a demandé de vous faire part des raisons qui m’ont fait accepter la proposition de rejoindre l’équipe du Comité de Secteur ? C’est une excellente idée pour susciter d’autres engagements.

  1. Alors suis-je prêt à accepter une responsabilité, un mandat au CDS ?

Non je ne le crois pas.

Suis-je prêt ? C’est une question abstraite ou mal posée qui m’a peut-être empêché de répondre plus tôt par l’affirmative.

Car c’est un peu la faute de Michel, que dis-je : la grâce plutôt que la force de sa conviction, qui fait que je m’engage aujourd’hui.

Et certainement, c’est une question qui a mûri au fil des demandes de mon camarade d’équipe.

Sauf que j’attendais d’être « prêt ». Mais est-on jamais prêt, tout seul, à quelque chose ?

A chaque fois, évidemment, je trouvais bien des raisons de ne pas me sentir prêt et de répondre NON. Malgré la difficulté à refuser, parce qu’il est toujours difficile de décevoir une attente ou un appel.

  • Et d’abord mon relatif éloignement géographique : 25 km de route ? Ce n’est pas un critère absolu. Des années j’ai enduré les bouchons aux entrées de l’agglo pendant ma vie de représentant des salariés au CE de mon établissement. Alors…
  • Autre argument : Je donne déjà beaucoup par ailleurs, et mon emploi du temps de retraité est plus rempli que celui d’un ministre ! Mais a-t-on jamais atteint les limites de ce que l’on peut donner et quelles sont-elles ? Le don ne se laisse pas compter.
  • Je suis trop jeune et trop inexpérimenté dans le mouvement ? ça c’était vrai au début…il y a longtemps et un jour… on est moins jeune mais toujours aussi inexpérimenté puisque on n’a toujours pas fait le pas.
  • Bien sûr je suis conscient de la nécessité d’avoir des responsables :

C’est une conviction enracinée dans l’histoire et la pratique l’ACO : tout corps constitué (la société, les associa­tions, les mouvements d’Eglise, les syndicats, les collectifs, les Partis) n’existe que grâce à l’exercice de la responsabilité de ses membres, à tous les échelons.

« II y va du fonctionnement sain du mouvement mais aussi, sans doute un peu de notre dignité: tant humaine que baptismale (pour ce qui est de nous militants ACO) »

Comme l’écrit, Jean Claude Richard, un membre d’un comité de secteur de France ou de Navarre. Nous n’avons pas le droit de nous désintéresser de cette question de la responsabilité, elle ne saurait être laissée qu’aux autres.

Le slogan  » Tous responsables  » ne peut vouloir signifier  » Tous responsables de tout », mais que chacun est capable de prendre une responsabilité.

  • Alors cette année, j’ai pris la décision de répondre à cet appel.

Les appels sont très souvent une expérience d’enrichissement mais au-delà ils sont aussi mystérieux et insistant.

Dans l’Évangile, Jésus ne cesse d’appeler : L’appel a pour nous une teneur évangélique.

J’ai enfin réalisé que malgré mon absence de préparation et mon inexpérience dans ce travail de coordination et de responsabilité, je pouvais, je devais dire OUI.

Le sentiment de ne pas être prêt nous inhibe aussi longtemps que nous oublions que l’Esprit Saint travaille en chacun de nous, au sein de nos équipes de révision de vie comme dans les comités de secteurs.

  • Ces comités de secteur qui sont indispensables à la bonne marche de notre mouvement

Car l’équipe de révision de vie à laquelle on est souvent très attaché n’est pas l’ACO à elle toute seule. Elle n’existe qu’en relation avec les autres équipes et avec toute la vie en mouvement. C’est l’une des raisons de l’existence du C.S

Car il y a un vrai risque de repli des équipes sur elles-mêmes. Alors que nous nous devons d’accueillir la diversité du monde ouvrier comme une richesse et de pouvoir en témoigner à l’extérieur de notre mouvement.

Témoignage d’Isabelle. Réponse à l’appel au comité de secteur Octobre 2022

« Ma première réaction a été de dire NON à cet appel. J’ai pensé « Je ne suis pas digne de te recevoir ». Puis il y eu la parole de Brigitte qui m’a dit  pourquoi le Comité de secteur m’avait appelé. Cela à fait son chemin. Montré que mes arguments contre n’étaient pas valables, et surtout, j’ai choisi le sens de la vie en disant « OUI »

Le nouveau Comité de Secteur ACO Grenoble : Brigitte, Isabelle, Régis, Jacques, Philippe, Edwige, Michel, Joël

Témoignage de Nicolas « riche bilan de fin de mandat »…

Assemblée de rentrée 2022 : Un bail au Comité de Secteur !

J’ai rejoint le Comité de Secteur en septembre 2014, après la Rencontre Nationale d’Angers. Je suis très heureux d’avoir participé à l’animation du Secteur… et je suis très heureux de laisser la place à d’autres !

Tout au long de ces années, j’ai été témoin de beaucoup de moments forts du secteur :

  • Les temps tous ensemble, des AG, des récos, des relais, ou des célébrations de Mission Ouvrière par exemple.
  • Des temps de différentes équipes dont le CS a pu être le témoin, des virages, des évolutions pas toujours simples. Et aussi des temps de partage en équipes, de révision de vie très enrichissants. Il y a aussi les temps d’accompagnement de différents groupes qui m’ont beaucoup enrichi : le groupe en cheminement, l’équipe dite de la diversité…
  • Il y a aussi des temps très forts de l’équipe du CS, là aussi pas toujours simples. Les moments où il a fallu s’encourager à poursuivre, d’autres bien plus enthousiasmants où l’on a perçu le dynamisme du mouvement.

J’ai toujours apprécié la grande qualité de cette équipe, les apports très différents de chacun et l’immense respect mutuel dans nos échanges. Merci aux copains d’avoir supporté mes sautes d’humeur, mon manque d’enthousiasme pour l’organisation matérielle, ma disponibilité pas toujours complète. Merci de m’avoir fait participer à ces moments si forts qui ont enrichi ma vie de militant et de croyant.

Centre St Marc 8 octobre 2022

                                                                             Nicolas

Témoignage de Roselyne«  vivre et faire vivre une rencontre d’équipe élargie »

Dans notre équipe d’ACO, dite de Fontaine à la base (il y a déjà 48 ans!), on a quasiment toujours voulu des réunions d’équipe ouvertes. Pour plusieurs d’entre nous peut-être pour faire comme à la JOC… Mais aussi parce que l’originalité de notre équipe c’est qu’il y avait peu de couples dans l’équipe. Du coup nos maris ou femme étaient les invités permanents…

Peu à peu on a commencé à ouvrir plus largement aux copains et copines avec lesquels on travaillait, on militait… Arlette est entrée en ACO comme cela. Et bien plus tard Elisabeth qui a quitté la région maintenant. Mais le plus souvent les personnes étaient heureuses d’être là, revenaient parfois à de prochaines réunions ouvertes mais n’entraient pas en équipe. Les semeurs ne sont pas les moissonneurs !

Pendant quelques temps on a vécu une expérience d’Eglise complètement hors les murs (d’autres le font aussi ) sur Fontaine. Avec Louis, Françoise, Arlette, on se rencontrait avec des parents de l’école du quartier où étaient nos enfants. Plusieurs étaient des immigrés italiens, quelques femmes étaient seules avec des enfants. Certains, surtout les italiens,  avaient des restes importants de catéchisme. Une copine était de culture protestante, d’autres n’avaient pas du tout d’éducation religieuse. Tous étaient de milieux très populaires, déjà en grande précarité, plusieurs femmes seules avec des mômes galéraient vraiment. Leur vie sociale et leur militantisme (association de parents d’élèves, bagarre contre la fermeture d’une classe, kermesse…) étaient liés à leurs enfants.  C’est ça qu’on avait en commun, c’est là qu’on se rencontrait. Il faut dire aussi, que nos «Fripounet et Marisette» d’enfants avec l’ ACE n’hésitaient jamais à inviter leurs copains, on peut dire qu’ils nous ont ouvert le chemin! On avait parlé en équipe ACO d’aller vers ces parents qu’on connaissait bien pour voir si on pouvait faire un bout de chemin ensemble. On l’a fait.

Dans ces rencontres avec « le père Louis » comme certains l’appelaient, on partait de textes de l’évangile ou de nos vies et on partageait. Et on priait.

On a fait de belles découvertes ensemble. Pour les militants ACO des années 80 que nous étions (engagés dans les syndicats, les organisations politiques etc.) ça nous a élargi  l’esprit et le coeur. De ces rencontres qui « entament » comme dit Maxime Leroi, d’où on sort différent.

Cette expérience -là s’est terminée quand quasiment tout le monde a déménagé pour pleins de raisons différentes.

On essaie de continuer nos réunions d’équipe ouverte, difficilement ces dernières années il faut le reconnaître.

 Pour la dernière, on a fait cela en 3 temps, préparation, rencontre et reprise.

_ La préparation.

            Elle est essentielle pour que la rencontre réussisse, que chacun, chacune de nos invités se sente respecté et prenne toute sa place dans le partage.

             Pour que nous, membres de l’ACO, nous soyons bien disponibles le jour J pour écouter et entendre les mots précieux des récits de vie des uns et des autres. 

Cette année, nous avons consacré toute une réunion d’équipe à celle-ci. Qui on invite? Pourquoi ? Comment ? Est ce qu’on ira jusqu’à dire notre foi ?

 QUI ?     

On s’est aperçu qu’on ne pense pas toujours spontanément à des personnes à inviter mais en en parlant, nous avons tous « vu » des personnes susceptibles d’être intéressées. Dans notre carte de relation on a choisi ceux et celles avec lesquels on avait déjà partagé de ce qui fait l’essentiel.

POURQUOI une rencontre d’équipe élargie?

  Nous faisons l’expérience  que nous ressortons toujours enrichis de nos révisions de vie mensuelles, plus forts dans notre foi, avec plus d’élan et de confiance pour continuer d’avancer. Ça ne change pas automatiquement les réalités parfois dures des uns ou des autres mais ça permet de  les envisager autrement. Ça nous fait vivre à partir de nos vies concrètes une rencontre profonde avec celui qui fonde notre confiance et notre espérance, le Christ. Cette expérience-là on veut la proposer à d’autres, ya pas de raison de garder la lumière sous le boisseau !

Et puis il y a de la joie à préparer et réaliser cela a renforcé l’amitié dans l’équipe, une impression qu’on ose ensemble sortir de notre confort habituel !

COMMENT ?

Nous avons décidé que chacun expliquerait ce qu’est l’aco aux personnes qu’il, elle, inviterait. On avait décidé qu’on préparerait la rencontre avec les personnes autour de deux questions simples « pourquoi je t’ai invité toi» et « pourquoi tu as dit oui ou non ». Au total nous avons invité 6 personnes.

3 ne sont pas venues :

Véronique, croyante et engagée à la paroisse de Saint Egrève, invitée par Edwige a été prévenue trop tard,

Catherine, une amie proche, au chômage depuis la fermeture du CIIP où elle était secrétaire, militante du DAL, était en vacances, elle n’a aucune culture religieuse et m’a dit qu’elle ne serait sans doute pas venue parce qu’elle n’est pas croyante mais qu’elle est intriguée par le fait que je crois en Dieu. Et a été touchée par la cérémonie d’à Dieu à Françoise.

Patrick ne souhaite pas se rapprocher de l’aco, mais il est ravi que j’y sois !!!

3 sont venues,

Colette invitée par Joel. Ils se connaissent essentiellement par la paroisse et des discussions régulières sociales et / ou politiques. Colette semble vraiment en recherche d’espaces d’approfondissement et de débats de foi , elle participe à des rencontres autour des textes bibliques avec Joel.

Thierry invité par Michel est employé aux espaces verts de Seyssinet, militant CGT. Il croit en Dieu, et participe aux offices à la paroisse de saint Egrève. Et il est « chercheur de Dieu »

Eliane, invitée par Arlette, retraitée éducatrice, militante à la CGT, dans un mouvement antiraciste, aujourd’hui militante active dans une association d’accompagnement des personnes en fin de vie.

La rencontre

Préparer en amont avec chaque invité, ça crée de l’égalité dans les débats: tout le monde avait quelque chose à dire. Les récits de vie étaient très riches. Chacun avait quelque chose à apporter d’unique. Et pourtant bien qu’extrêmement différents les uns des autres, il y avait quelque chose de commun de très fort. D’abord, on s’est tous senti reconnu dans ce qu’on était et pour Thierry par exemple c’était très important. On pouvait poser ses bagages sans plus d’enjeu que la rencontre. Ensuite, ce qui a motivé le plus nos invités à venir c’est l’amitié et la confiance dans la personne qui les avait invitée. Eliane l’a exprimé clairement « moi je suis là parce que Arlette est mon amie, je l’aime beaucoup, on se connaît depuis très longtemps et on a fait plein de choses ensemble ». Enfin, la recherche de sens dans sa propre vie était commune, recherche de spiritualité pour Colette, recherche d’apaisement pour sa « rage » comme il dit pour Thierry, approfondissement de l’amitié, de la réflexion et recherche de plus grand que soi pour Eliane.

La reprise

On a donc refait une dernière rencontre à propos de cette réunion ouverte où il y avait de la joie ! Thierry et Eliane vont entrer dans notre équipe. C’est Arlette qui préparait la révision de vie cette fois-là. Elle a expliqué que l’amitié entre Eliane duraient depuis des dizaines d’années, qu’elles avaient tout partagé et qu’ elle Arlette n’avait jamais renoncé à lui parler de qu’elle croyait et de l’ACO. Aujourd’hui que Eliane entre en ACO c’était comme l’ aboutissement d’un long cheminement vers quelque chose de plus grand que leur amitié..

Thierry a relancé Michel pour que ça démarre. Colette a pu expliquer à Joel pourquoi elle ne viendra pas dans notre équipe, ceux qui n’étaient pas venus ont demandé comment ça c’était passé…Les liens sont renforcés.

Il y a eu l’été puis un peu de retard à l’allumage à la rentrée , la première réunion de notre nouvelle équipe est le 5 novembre. On a presque l’impression de commencer une nouvelle vie d’équipe !

On va prendre le temps qu’il faudra pour que Eliane et Thierry prennent toute leur place et on recommencera !

Les carrefours

Témoignage de Murielle « se nommer en équipe. Chiche  ? » 

Présentation du nom du groupe de révision de vie « Les Val’Heureuses »

à la Journée de Rentrée ACO  GRENOBLE du Samedi 8 Octobre 2022 à St Marc

Pour trouver le nom de notre groupe de révision de vie, nous avons d’abord cherché à définir ce qui nous caractérisaient et nous rapprochaient toutes.

Les adjectifs qui étaient ressortis étaient valeur, courage, forte, joie, foi :

  • Nous avons toutes des valeurs très fortes sur comment on percevait la vie, le monde du travail et notre vie de famille. Toutes ces belles valeurs nous les partageons toutes, quel que soit notre situation et là où nous en étions.
  • D’autre part, notre foi chrétienne est très importante pour chacune d’entre nous. Pour nous, elle fait partie de nous, de notre vie, de notre quotidien en famille ou au travail.
  • Pour finir, nous sommes toutes des personnes très combatives, qui ne baissons jamais les bras, qui faisons face à l’adversité quelle qu’elle soit. Avec force et courage. Nous restons toujours positive, même face à l’épreuve. Nous gardons toujours le sourire et notre joie de vivre, ce qui ne nous empêche pas de sombrer à certains moments.

Donc, notre nom représente ce que nous sommes, c’est-à-dire que nous avons de belles valeurs humanistes chère à notre cœur, et c’est ce qui nous décrit dans le « Val’ » des Val’Heureuses du nom de notre groupe.

Et que nous sommes toutes, des femmes courageuses et combatives, qui gardons toujours notre joie de vivre tous les jours dans les petits riens du quotidien. Car, en dépit des situations que nous vivons parfois de difficiles, nous arrivons toujours à regarder le côté positif de tous évènements négatifs. Et cela se retrouve dans la 2ème partie du nom de notre groupe « Heureuse » dans Val’Heureuses.

Donc, en sommes, nous sommes des Valeureuses Heureuses.

Voilà ce qui nous définit et ce qu’est notre groupe.  

Et pour l’une d’entre nous, le nom que l’on s’est donné et choisi, représente réellement ce que l’on est.

On avance quoi qu’il arrive.

On fait preuve de résilience, de force et de courage ; même-si parfois on est abattues, triste et que l’on a besoin d’être seule, de mettre sur pause, tout ce qui peut nous peser.

Toujours après nos rencontres, on repart toujours revigoré.

On reprend le chemin de la vie, pas uniquement parce que nous n’avons pas le choix, mais parce que nous avons la foi.

Parce que nous savons que du mieux, du positif nous entoure. Même-si parfois, on l’avoue, il est difficile à voir au-delà de tout cela.

La révision de vie que nous vivons au sein de ce groupe, nous permet cela. Elle nous offre une bouffée d’oxygène.

Un nom d’équipe va au-delà de ce que l’on pourrait voir de nous au premier abord. Nous ne sommes pas uniquement des femmes, des mères, des filles ou encore des sœurs, nous sommes plus que cela, nous sommes valeureuses.

L’Assemblée de rentrée ACO Grenoble 2022
Ce contenu a été publié dans Partages élargis ACO. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.